Observateur de la justice en Chine

??

AnglaisArabeChinois simplifié)NéerlandaisFrançaisAllemandHindiItalienJaponaisCoréenPortugaisRusseEspagnolSuédoisHébreuIndonésienVietnamienThaïlandaisTurcMalais

Système de scellement des casiers judiciaires juvéniles en Chine

Dim, 04 juin 2023
Catégories: ACTUALITES
Contributeurs: Guodong Du杜国栋
Rédacteur en chef: Yuan Yanchao 袁 燕 超

Avatar

 

Principales sorties:

  • En vertu des lois chinoises, le casier judiciaire d'une personne âgée de moins de 18 ans et condamnée à une peine d'emprisonnement à durée déterminée de cinq ans ou à une peine plus légère doit être scellé pour être conservé.
  • Les principales bases juridiques du système de scellement des dossiers des mineurs en Chine sont la loi de procédure pénale de la RPC, la loi sur la protection des mineurs et la loi sur la prévention de la délinquance juvénile.
  • Les mesures de mise en œuvre pour le scellement des casiers judiciaires des mineurs (2022), publiées conjointement par la Cour populaire suprême de Chine et d'autres autorités, fournissent des normes détaillées et des procédures opérationnelles pour le scellement des casiers judiciaires des mineurs.
  • Un organe judiciaire doit «sceller tous les documents du mineur impliqué dans l'affaire dans la mesure maximale autorisée par la loi». 

Le Code de procédure pénale chinois stipule que lorsqu'un mineur n'a pas atteint l'âge de 18 ans au moment de commettre un crime et est condamné à une peine d'emprisonnement à durée déterminée de cinq ans ou à une peine plus légère, les casiers judiciaires concernés doivent être scellés pour être conservés. 

Sur cette base, les organes judiciaires en Chine ont établi le système de scellement des casiers judiciaires des mineurs.

I. Cadre juridique

1. Lois

Le scellement des casiers judiciaires juvéniles est principalement inscrit dans trois lois en Chine. Les détails sont les suivants:

La loi chinoise sur la procédure pénale (2018) prévoit que le casier judiciaire d'une personne âgée de moins de 18 ans et condamnée à une peine d'emprisonnement à durée déterminée de cinq ans ou à une peine plus légère doit être scellé pour être conservé. Lorsque les casiers judiciaires des mineurs sont scellés, ces casiers judiciaires ne doivent être communiqués à aucune entité ou personne, sauf pour les enquêtes des organes judiciaires aux fins de traitement des affaires ou les enquêtes des entités compétentes conformément aux dispositions pertinentes de la État.

La loi chinoise sur la protection des mineurs (2020) stipule que les organes de sécurité publique, les parquets, les tribunaux, les services administratifs judiciaires et autres organisations et individus ne doivent pas divulguer les noms, images, résidences et écoles des mineurs impliqués dans des affaires et d'autres informations qui peuvent identifier leur identité, sauf dans les cas de recherche de mineurs disparus ou enlevés.

La loi chinoise sur la prévention de la délinquance juvénile (2020) stipule que les organes de sécurité publique, les parquets, les tribunaux et les départements administratifs judiciaires ne doivent pas fournir de casiers judiciaires scellés pour mineurs à une entité ou à un individu, sauf pour les enquêtes menées par les organes judiciaires aux fins de traiter des affaires ou les enquêtes par les entités compétentes conformément aux dispositions pertinentes de l'État. Les entités et les personnes qui traitent l'enquête conformément à la loi doivent garder les dossiers pertinents confidentiels.

2. Modalités d'exécution

Les lois susmentionnées ne prévoient que les principes de base du scellement des casiers judiciaires des mineurs, mais ne prévoient pas de règles spécifiques, ce qui entraîne de nombreux problèmes lors de leur mise en œuvre.

Les médias chinois ont signalé à plusieurs reprises des cas de mauvaise gestion de casiers judiciaires juvéniles scellés. Par exemple, à la suite d'une surveillance inappropriée par les autorités compétentes, certaines entreprises ont divulgué des casiers judiciaires juvéniles en fournissant, vendant et utilisant illégalement ces dossiers.

À cet égard, le 30 mai 2022, la Cour populaire suprême (CPS), le Parquet populaire suprême (SPP), le ministère de la Sécurité publique et le ministère de la Justice ont publié conjointement les « Mesures de mise en œuvre pour le scellement des casiers judiciaires des mineurs » (关于未成年人犯罪记录封存的实施办法), fournissant des normes détaillées et des procédures opérationnelles pour sceller les casiers judiciaires des mineurs.

II. Caractéristiques

1. Portée du casier judiciaire juvénile

Un organe judiciaire doit «sceller tous les documents du mineur impliqué dans l'affaire dans la mesure maximale autorisée par la loi». Cela signifie que les casiers judiciaires juvéniles, y compris tous les dossiers et informations électroniques formés au cours du processus d'enquête, de poursuites, de procès et d'exécution de sanctions pénales concernant des infractions pénales juvéniles ou des infractions pénales présumées, doivent être scellés pour être conservés. Par exemple:

Les éléments d'une affaire pénale pour mineurs doivent être cryptés et ne doivent pas être divulgués avant la conclusion de l'affaire. 

Après que le tribunal a rendu un jugement pour une affaire impliquant des infractions pénales présumées par un mineur, toutes les autorités participant à l'affaire scellent à l'initiative les dossiers pertinents du mineur qui sont en leur possession.

Dossiers d'aucune sanction pénale, aucune enquête sur la responsabilité pénale, aucune poursuite ou adoption de mesures pénales obligatoires, ainsi que des dossiers d'enquête sociale, d'aides, d'éducation et d'inspection, de conseil psychologique, d'assistance judiciaire et d'autres travaux pour les mineurs suspectés de commettre des crimes doivent être scellés pour être conservés conformément à la loi.

2. Méthode de scellement du casier judiciaire des mineurs

Un organe judiciaire qui dispose de casiers judiciaires juvéniles doit établir un dépôt d'archives spécialisé pour la délinquance juvénile et mettre en œuvre un système de conservation strict.

Afin de sceller le casier judiciaire des mineurs dans le système d'information électronique, les autorités doivent ajouter un sceau. Nul ne peut rechercher, partager ou réutiliser ces données sans la procédure d'enquête légale.

Il y a eu des cas où des entreprises ont obtenu des casiers judiciaires juvéniles lors de la vérification des antécédents des employés. En conséquence, les casiers judiciaires des mineurs, qui sont désormais scellés par l'organe judiciaire, ne peuvent être fournis ou ancrés sur des plateformes externes.

3. Procédure d'enquête sur le casier judiciaire des mineurs

Les organes de sécurité publique, les parquets, les tribunaux et les organes administratifs judiciaires (le ministère de la Justice et ses homologues locaux) sont chargés d'accepter, d'examiner et de gérer le scellement et l'enquête sur les casiers judiciaires dans leurs juridictions respectives.

Le casier judiciaire d'un mineur ne peut être consulté que dans les deux cas suivants :

  1. un mineur dont le casier judiciaire a été scellé, ou son représentant légal, demande la délivrance d'une attestation d'absence de casier judiciaire à son égard ; et
  2. une autorité judiciaire s'enquiert des casiers judiciaires aux fins du traitement de l'affaire ou l'entité compétente s'enquiert des casiers judiciaires conformément aux dispositions pertinentes de l'État.

Lorsqu'une enquête sur des casiers judiciaires juvéniles scellés est autorisée, l'entité et le personnel concerné qui effectue l'enquête doivent signer un accord de confidentialité.

Toute entité ou personne qui prend connaissance des casiers judiciaires scellés des mineurs en raison de son travail doit les garder confidentiels et ne peut divulguer les casiers judiciaires scellés. Sinon, une telle entité ou personne fera l'objet d'une enquête pour responsabilité pénale si des conséquences graves sont causées.

 

Photo par charlesdeluvio on Unsplash

 

 

Contributeurs: Guodong Du杜国栋

Enregistrer au format PDF

Vous pourriez aussi aimer

La Chine publie un projet d'interprétation judiciaire sur les crimes et violations de cyberintimidation

En juin 2023, la Cour populaire suprême de Chine, le Parquet populaire suprême et le ministère de la Sécurité publique ont publié conjointement le projet de « Lignes directrices sur la lutte contre les crimes et violations de cyberintimidation (projet destiné aux commentaires du public) ». Le projet prévoit qu'un tel acte peut être reconnu comme une insulte ou une diffamation au sens du droit pénal, ou comme une atteinte aux droits de la personnalité au sens du Code civil.

La Chine publie des lignes directrices sur les peines pour les crimes sexuels contre des mineurs

En mai 2023, la Cour populaire suprême et le Parquet populaire suprême de Chine ont publié les lignes directrices en matière de condamnation pour les crimes sexuels contre des mineurs. En vertu de ces directives, toute personne qui contraint ou incite un mineur à exposer ses parties intimes ou à commettre un acte obscène par des moyens tels que le chat vidéo en ligne ou l'envoi de vidéos ou de photos sera condamnée et punie pour le crime d'agression coercitive ou le crime d'agresser un enfant.