Observateur de la justice en Chine

??

AnglaisArabeChinois simplifié)HollandaisFrançaisAllemandHindiItalienJaponaisCoréenPortugaisRussianEspagnolSwedishHébreuIndonésienVietnamienThaïTurcMalaisien

Contentieux en ligne en Chine : centralisé ou décentralisé ?

Dim., 01 janv.2023
Catégories: Actualités
Contributeurs: Guodong Du杜国栋
Rédacteur en chef: Lin Haibin

Principaux plats à emporter:

  • Quelle est la meilleure voie dans le contentieux en ligne et la justice numérique ? Centralisé ou Décentralisé ? Les tribunaux chinois continuent d'explorer les meilleures solutions dans différents domaines. Au stade actuel, un système décentralisé est adopté pour les litiges en ligne en Chine.
  • Le litige en ligne, bien qu'il se normalise et se développe dans la pratique judiciaire chinoise, est également troublé par des problèmes liés à son initiation - le litige en ligne doit-il être initié par le tribunal ou à la demande des parties ?
  • Dans la pratique, les litiges en ligne ont, dans une certaine mesure, considérablement réduit les frais de justice des parties. Mais pour le tribunal, le contentieux en ligne ne s'avère pas plus efficace que le contentieux traditionnel hors ligne. Par exemple, le temps passé par le tribunal à préparer le procès en ligne augmentera d'environ 0.5 à 1 fois par rapport au procès hors ligne.

Les litiges en ligne et la justice numérique en Chine ont fait des progrès remarquables ces dernières années. Dans cette nouvelle ère, y a-t-il le meilleur chemin vers l'e-justice ? Si oui, quel est le meilleur moyen ? Centralisé ou Décentralisé ? Les tribunaux chinois continuent d'explorer les meilleures solutions dans différents domaines.

Par exemple, le système de contentieux en ligne doit-il être un système centralisé unifié au niveau national ou un système décentralisé variant d'un tribunal à l'autre ? Le litige en ligne doit-il être initié par le tribunal ou à la demande des parties ?

Xie Dengke (谢登科), professeur à la faculté de droit de l'université de Jilin (située dans le nord-est de la Chine, l'une des meilleures facultés de droit chinoises), a partagé des informations et son point de vue sur les questions ci-dessus dans l'article intitulé "Le litige en ligne de la Chine et ses Development » (在线诉讼的中国模式与未来发展) publié dans « China Journal of Applied Jurisprudence » (中国应用法学) (n° 4, 2022).

1. Système de contentieux en ligne : système centralisé vs système décentralisé

La loi chinoise sur la procédure civile (CPL) stipule que les litiges en ligne doivent être menés en ligne via la « plate-forme de réseau d'information », mais ne précise pas le type de plate-forme de réseau d'information.

Certains pensent que la Chine devrait établir une plate-forme de système de litige électronique centralisé à l'échelle nationale, sur laquelle les litiges en ligne devraient être menés de la Cour populaire suprême (CPS) aux tribunaux locaux de trois niveaux (c'est-à-dire, supérieur, intermédiaire et primaire). Alors que d'autres pensent que les tribunaux locaux peuvent développer leurs propres plates-formes de système de litige électronique.

Actuellement, ce dernier point de vue est conforme à la situation réelle en Chine, c'est-à-dire qu'un système décentralisé est adopté pour les litiges en ligne en Chine. Par exemple, bien que la CPS ait développé et lancé une application appelée "China Mobile WeCourt (中国移动微法院)", qui a été popularisée auprès des tribunaux à tous les niveaux du pays, de nombreux tribunaux locaux lancent toujours leurs propres applications natives de "tribunal mobile" ou applications Web. En outre, il existe trois tribunaux Internet en Chine, chacun exploitant un système de litige en ligne distinct.

Les partisans d'un système centralisé estiment qu'un système centralisé peut alléger le fardeau économique du système judiciaire, éliminer les îlots d'informations causés par les systèmes décentralisés, combler le fossé numérique entre les régions économiquement développées et les régions sous-développées dans la justice en ligne, et assurer la mise en œuvre de règles de contentieux en ligne unifiées sur l'ensemble du territoire.

Alors, pourquoi les systèmes décentralisés prévalent-ils encore dans la réalité ?

Les raisons sont les suivantes : a) la loi chinoise n'interdit pas aux tribunaux locaux de développer leurs propres systèmes de litige en ligne ; b) différents tribunaux locaux ont tendance à développer différents systèmes de litige en ligne pour répondre aux divers besoins qu'ils trouvent chez les utilisateurs (les parties au litige) ; et c) la technologie de l'information se développe rapidement et différents tribunaux adoptent les nouvelles technologies à des rythmes différents.

2. Fondement juridique du contentieux en ligne : consentement par défaut des parties vs choix actif des parties

Les litiges en ligne, bien qu'ils se normalisent et se développent dans la pratique judiciaire chinoise, sont également troublés par des problèmes liés à leur lancement.

Théoriquement, il existe deux modes d'initiation : l'un est que le tribunal propose d'utiliser le système de litige en ligne, puis les parties expriment leur consentement ; l'autre est que les parties peuvent prendre l'initiative de demander un litige en ligne, et le tribunal respecterait le choix des parties.

Le CPL chinois a établi le principe du « consentement des parties », c'est-à-dire que si le tribunal veut appliquer le litige en ligne, il doit obtenir le consentement unanime de toutes les parties.

Les règles chinoises sur les litiges en ligne (在线诉讼规则) stipulent que les litiges en ligne ne peuvent être appliqués que lorsque les deux parties en conviennent. Pour les cas où seules certaines parties acceptent d'appliquer un litige en ligne alors que d'autres ne le font pas, le litige hors ligne est le seul choix.

Cependant, la loi chinoise ne précise pas si les parties peuvent prendre l'initiative de choisir le litige en ligne, mais accorde uniquement au tribunal le pouvoir d'engager le litige en ligne.

Du point de vue de la pratique des litiges en ligne en Chine, les litiges en ligne, dans une certaine mesure, ont considérablement réduit les coûts de litige des parties.

Mais pour le tribunal, le contentieux en ligne ne s'avère pas plus efficace que le contentieux traditionnel hors ligne. Par exemple, le temps passé par le tribunal à préparer le procès en ligne augmentera d'environ 0.5 à 1 fois par rapport au procès hors ligne.

Par conséquent, dans de nombreux scénarios, les tribunaux hésitent à engager des poursuites en ligne.

Selon les résultats d'enquête pertinents, en février 2020, après l'épidémie de COVID-19, la proportion de procès en ligne par rapport à tous les procès tenus par certains tribunaux locaux était de 34.96 %, tandis qu'en avril, après l'apaisement de la pandémie, ce chiffre est tombé à 19.22 %. Il ne s'agit pas d'un cas individuel mais d'un phénomène assez courant dans de nombreux tribunaux locaux.

Par conséquent, certains pensent que les justiciables devraient être autorisés à demander un litige en ligne. En fait, les Dispositions sur certaines questions concernant le jugement des affaires par les tribunaux Internet (关于互联网法院审理案件若干问题的规定), formulées par la Chine pour ses trois tribunaux Internet, ont accordé aux parties de tels droits de contentieux.

 

Contributeurs: Guodong Du杜国栋

Enregistrer au format PDF

Vous pourriez aussi aimer

Juste avant l'expiration du délai de prescription : un tribunal australien reconnaît le jugement chinois pour la cinquième fois

En 2022, la Cour suprême australienne de la Nouvelle-Galles du Sud a décidé d'exécuter un jugement d'un tribunal local de Shanghai, juste avant l'expiration du délai de prescription de 12 ans. C'est la cinquième fois qu'un tribunal australien reconnaît et exécute des jugements monétaires chinois (Tianjin Yingtong Materials Co. Ltd. contre Young [2022] NSWSC 943).

L'impact des litiges en ligne sur le marché des services juridiques en Chine

La plupart des avocats chinois, en particulier les plaideurs, ne pratiquent traditionnellement le droit que localement. Le contentieux en ligne, qui s'est développé rapidement en Chine au cours des cinq dernières années, offre aux avocats la possibilité de pratiquer le droit à distance à moindre coût.