Observateur de la justice en Chine

??

AnglaisArabeChinois simplifié)NéerlandaisFrançaisAllemandHindiItalienJaponaisCoréenPortugaisRusseEspagnolSwedishStockingsHébreuIndonesianVietnamienThaiTurcMalai

Répondre à l'explosion des litiges en Chine : amendement de 2021 à la loi sur la procédure civile

Dim, 20 fév 2022
Catégories: Plus d'infos
Rédacteur en chef: Shuai Huang

Avatar

Principales sorties:

  • Pour relever le défi de l'explosion des litiges, la Chine a lancé le programme pilote de deux ans en 2019, sur la base duquel des solutions qui ont été testées et vérifiées sont désormais démontrées dans l'amendement au CPL.
  • Poussée par la nécessité d'économiser les ressources judiciaires en réponse à l'explosion des litiges, la loi de procédure civile chinoise récemment modifiée vise à réduire la charge de travail et à simplifier la procédure contentieuse, entre autres, en promouvant les litiges en ligne et en soutenant la médiation.
  • Par le biais de l'amendement sur la confirmation judiciaire des accords de médiation (règlement), la Chine apporte son plein soutien à la médiation. Néanmoins, il reste à voir si cela peut s'appliquer aux accords de règlement transfrontaliers. 

En décembre 2021, la Chine a modifié la loi de procédure civile de la RPC (CPL). Il s'agit de la quatrième révision depuis la promulgation de la CPL en 1991.

Le CPL nouvellement modifié vise à réduire la charge de travail et à simplifier la procédure contentieuse en favorisant le contentieux en ligne, en élargissant le champ d'application des procès à juge unique, en soutenant la médiation et en réduisant le nombre d'affaires en deuxième instance.

Ces mesures amélioreront également l'efficacité judiciaire dans les affaires civiles transfrontalières. 

I. Pourquoi le CPL est-il modifié ?

Cet amendement est motivé par la nécessité d'économiser les ressources judiciaires en réponse à l'explosion des litiges.

Nous venons d'évoquer l'explosion des litiges devant les tribunaux chinois dans notre post précédent "Un examen plus approfondi de l'explosion des litiges en Chine en 2021”. Auparavant, nous avions également mentionné la explosion de litige plusieurs fois en Chine. 

Les tribunaux chinois ont été en proie à une explosion des litiges au cours de la dernière décennie. Pour résoudre ce problème, l'Assemblée populaire nationale a autorisé la Cour populaire suprême (CPS) à lancer un programme pilote de deux ans dans 305 tribunaux locaux à travers le pays en 2019.

Les mots-clés du programme pilote sont « simplification » et « détournement ».

(1) Simplification : réduire les ressources judiciaires utilisées pour chaque affaire en simplifiant la procédure de chaque affaire.

(2) Déjudiciarisation : pour réduire la charge de travail des tribunaux en réglant davantage d'affaires en arbitrage ou en médiation plutôt qu'en litige.

En 2021, le programme pilote de deux ans était terminé. Les solutions qui ont été testées et vérifiées dans le programme pilote sont démontrées dans l'amendement au CPL.

Il convient de noter que, selon le juge He Fan (何帆) du SPC, cet amendement CPL reflète une voie de la législation chinoise.

Étape 1 : Les autorités compétentes, telles que le CPS et le Conseil d'État, formulent le projet de programme pilote.

Étape 2 : Le corps législatif, l'Assemblée populaire nationale, autorise les autorités compétentes à lancer le programme pilote dans des régions spécifiques ;

Étape 3 : Les autorités locales concernées exécutent le programme pilote ;

Étape 4 : Le corps législatif révise ou promulgue la loi sur la base des résultats du programme pilote.

II. Comment le CPL est-il modifié ?

1. Le contentieux en ligne fait officiellement partie du contentieux civil afin d'économiser les frais de contentieux

Selon la CPL modifiée, les litiges civils peuvent être tenus en ligne avec le consentement des parties. Les litiges en ligne ont le même effet juridique que les litiges hors ligne. La signification de la procédure peut également être remplie par voie électronique en ligne. 

Nous pensons qu'à l'avenir, les litiges en ligne pourraient devenir la méthode de litige principale ou même par défaut dans les tribunaux chinois, tandis que les litiges hors ligne sont utilisés en complément pour répondre aux besoins de scénarios spécifiques ou à des exigences individuelles.

2. Élargir le champ applicable du procès à juge unique afin d'utiliser pleinement la charge de travail des juges

Les affaires relevant de n'importe quelle procédure, y compris la procédure sommaire, la procédure ordinaire ainsi que les affaires de deuxième instance, peuvent être entendues par un juge unique.

Auparavant, en Chine, seules les affaires en procédure sommaire pouvaient être entendues par un juge unique tandis que les affaires relevant de la procédure ordinaire et toutes les affaires de deuxième instance devaient être entendues par un collège collégial de trois à sept juges.

De l'avis de la CPS, par rapport à un collège collégial de plusieurs juges, le procès à juge unique peut améliorer l'efficacité des juges.

Désormais, à l'exception des affaires compliquées ou influentes, la plupart des affaires seront entendues par un juge unique.

3. Déterminer que les petites créances ne sont pas susceptibles d'appel afin de réduire la charge de travail des tribunaux de deuxième instance

Les affaires de petites créances sont définitivement tranchées en première instance. Par conséquent, les parties ne peuvent pas interjeter appel. Les petites créances sont des affaires où le montant contesté est inférieur à 50 % du salaire annuel moyen des employés locaux.

Auparavant, les affaires civiles en Chine étaient toutes finalement jugées en deuxième instance, où les parties pouvaient déposer un appel.

Il s'agit d'un changement majeur dans le système de notation d'essai de la Chine.

4. Soutenir la médiation de manière globale afin de réduire la charge du contentieux

Une fois que les parties sont parvenues à un accord de médiation, elles peuvent demander à un tribunal une confirmation judiciaire pour donner à l'accord de médiation force exécutoire.

Les tribunaux du domicile des parties, du lieu de l'objet du litige, du siège de l'organisme de médiation ou des tribunaux invitant l'organisme de médiation à conduire la médiation acceptent cette demande.

Auparavant, les parties ne pouvaient s'adresser qu'au tribunal du siège de l'organisme de médiation pour confirmer l'accord de médiation.

Cet amendement permet aux parties de trouver plus facilement un tribunal compétent. Plus les parties sont à l'aise dans la médiation, moins les cas feront l'objet d'un litige.

III. Nos commentaires

Cet amendement au CPL peut améliorer l'efficacité des tribunaux chinois dans l'audition des litiges civils transfrontaliers.

1. Les litiges en ligne facilitent les parties étrangères

La popularité des litiges en ligne devant les tribunaux chinois aide les parties étrangères à participer aux litiges chinois via Internet.

Auparavant, de nombreuses parties étrangères pouvaient hésiter à se rendre en Chine ou ne pas être en mesure de venir en Chine en raison d'épidémies ou d'autres raisons. Les litiges en ligne leur offrent une alternative à considérer.

2. Si la confirmation de l'accord de règlement peut être appliquée à la médiation transfrontalière

Si les parties parviennent à un accord de règlement en dehors de la Chine, par exemple avec l'aide de JAMS, cet accord de médiation peut-il être judiciairement confirmé par le tribunal ?

Auparavant, la réponse était non. En effet, seul le tribunal où se trouve l'organisation de médiation peut accepter cette demande, et les organisations de médiation étrangères telles que JAMS ne sont pas situées en Chine.

Désormais, le tribunal du domicile des parties et le tribunal du lieu de l'affaire peuvent également accepter cette demande. 

Cela signifie-t-il que les tribunaux chinois sont ouverts aux accords de règlement à l'étranger ?  

Eh bien, il est trop tôt pour tirer une conclusion. La clé réside dans la question de savoir si JAMS et d'autres organisations de médiation à l'étranger peuvent être classées dans la catégorie des « organisations de médiation légalement établies » en vertu du CPL. 

Si la réponse est oui, alors un accord de règlement transfrontalier peut passer par une confirmation judiciaire, ce qui garantit sa force exécutoire. En d'autres termes, bien que la Chine n'ait pas encore ratifié la Convention de Singapour sur la médiation, les accords de règlement transfrontaliers peuvent, après confirmation judiciaire, être exécutoires en tant que décisions de justice.

3. Les litiges transfrontaliers peuvent-ils être plus rapides ?

Lorsqu'ils entendent des affaires transfrontalières, les tribunaux chinois ne sont pas soumis aux délais de la CPL, probablement en raison du fait que la plupart des tribunaux locaux chinois sont inexpérimentés dans le traitement de ces affaires et ont besoin de plus de temps. Et il empêche également les parties d'anticiper la durée du litige transfrontalier.

Cependant, si la CPL modifiée valorise l'efficacité, cette tendance conduira-t-elle les juridictions locales à connaître plus rapidement des affaires transfrontalières ? Attendons et voyons.

 

 

Photo par Eileen Eph on Unsplash

Contributeurs: Guodong Du杜国栋 , Meng Yu 余 萌

Enregistrer au format PDF

Vous pourriez aussi aimer