Observateur de la justice en Chine

??

AnglaisArabeChinois simplifié)NéerlandaisFrançaisAllemandHindiItalienJaponaisCoréenPortugaisRusseEspagnolSwedishStockingsHébreuIndonesianVietnamienThaiTurcMalai

La Chine publie un nouveau consensus judiciaire sur les litiges commerciaux et maritimes transfrontaliers

Dim, 27 fév 2022
Catégories: Plus d'infos
Rédacteur en chef: Lin Haibin

Avatar

Principales sorties:

  • Le résumé de la conférence 2021 publié par le SPC représente le consensus des tribunaux chinois sur les litiges commerciaux et maritimes transfrontaliers.
  • Bien qu'il ne s'agisse pas d'un document normatif juridiquement contraignant, un résumé de conférence représente le consensus de la majorité des juges chinois. De l'avis de la Cour populaire suprême (CPS), un résumé de conférence ne peut pas être invoqué par les tribunaux chinois comme base juridique, mais peut être utilisé pour un raisonnement judiciaire sur des questions juridiques.
  • Le résumé de la conférence 2021 aborde une grande variété de sujets, notamment les clauses de compétence, le service électronique transfrontalier, l'application de la CVIM, les investissements dormants par des investisseurs étrangers dans des entreprises chinoises, ainsi que la reconnaissance et l'exécution des jugements étrangers.


Le 31 décembre 2021, la Cour populaire suprême (CPS) a rendu le «Résumé de la conférence du Symposium sur les procès commerciaux et maritimes liés à l'étranger des tribunaux à l'échelle nationale» (ci-après dénommé « Résumé de la Conférence 2021 », 全国法院涉外商事海事审判工作座谈会会议纪要).

Comme présenté dans notre précédent post, les tribunaux chinois publient de temps à autre des résumés de conférence, qui peuvent servir de guide aux juges dans leurs procès. Cependant, le résumé de la conférence n'est pas un document normatif juridiquement contraignant comme l'interprétation judiciaire, mais représente seulement le consensus parmi la majorité des juges, ce qui est similaire à l'opinion dominante. Pour plus d'informations sur le résumé de la conférence, veuillez lire "Comment le résumé de la conférence judiciaire chinoise affecte-t-il le procès? ». 

Selon l' explication précédente de la deuxième division civile de la CPS sur la nature du résumé de conférence 2019 des procès civils et commerciaux des tribunaux nationaux (全国法院民商事审判工作会议纪要), un résumé de conférence n'est pas une interprétation judiciaire, et donc le tribunal, sur d'une part, ne peut pas l'invoquer comme base juridique du jugement, mais d'autre part, peut faire le raisonnement sur l'application du droit selon le résumé de la conférence dans la partie "Avis de la Cour".

Le résumé de la conférence 2021 est basé sur le symposium sur les procès commerciaux et maritimes liés à l'étranger des tribunaux de tout le pays organisé par la CPS le 10 juin 2021, et est préparé par la CPS après avoir examiné les opinions de toutes les parties.

Le résumé de la conférence 2021 représente le consensus des tribunaux chinois sur les litiges commerciaux et maritimes transfrontaliers. Si vous avez été ou pourriez être impliqué dans un litige transfrontalier en Chine, vous devez prêter attention au résumé de la conférence.

Il y a 111 articles et trois parties dans le résumé de la conférence 2021 : a). affaires commerciales liées à l'étranger (articles 1 à 50); b) les affaires maritimes étrangères (articles 51 à 89) ; et c) révision judiciaire de l'arbitrage (articles 90 à 111).

Les points suivants sont à noter dans le résumé de la conférence 2021.

I. Convention de compétence des contrats d'achat en ligne transfrontaliers des consommateurs

Lorsque la plateforme de commerce électronique utilise des clauses types pour conclure des contrats d'achat en ligne transfrontaliers avec des consommateurs, mais ne rappelle pas raisonnablement aux consommateurs la clause de compétence qui y est contenue, les consommateurs peuvent demander que la clause de compétence soit exclue du contrat.

En outre, même lorsque la plateforme de commerce électronique a rempli l'obligation de notification raisonnable, si la clause attributive de juridiction stipule que le tribunal compétent se trouve dans un pays étranger autre que celui de résidence du consommateur, ce qui augmente déraisonnablement le coût pour les consommateurs de demander réparation , les consommateurs peuvent également demander l'annulation de la clause de compétence.

Cela signifie que les consommateurs chinois peuvent poursuivre des plates-formes de commerce électronique étrangères, telles qu'Amazon (par exemple Amazon Global Store), en Chine, sans être liés par l'accord de compétence formulé par Amazon.

II. Convention de compétence exclusive

En matière de compétence, la présomption d'accord de compétence exclusive est à préciser. Si un accord de compétence signé par les parties à un contrat lié à l'étranger ou à d'autres litiges immobiliers stipule explicitement le tribunal compétent d'un certain pays, mais ne précise pas sa nature d'accord de compétence non exclusif, il doit être interprété comme un accord de compétence exclusive.

Actualités en lien :

III. Évasion judiciaire et interdiction de quitter le pays

Lors du procès de litiges commerciaux liés à l'étranger, le personnel concerné remplissant toutes les conditions suivantes peut se voir interdire par le tribunal de quitter la Chine : a). celui qui est impliqué dans des affaires commerciales étrangères en cours en Chine ; b) celui qui se voit interdire de quitter la Chine est partie à l'affaire pendante ou le représentant légal/personne en charge de ladite partie ; c) celui qui peut se soustraire à un litige/à l'exécution d'obligations légales ; d) celui qui critique l'intégrité de la procédure judiciaire ou peut rendre le jugement inexécutable s'il quitte la Chine.

"[C]elui qui peut se soustraire au litige/à l'exécution des obligations légales" fait référence à la circonstance où le demandeur est très susceptible de gagner le procès civil, de sorte que le défendeur peut se soustraire au litige/à l'exécution des obligations légales en quittant la Chine.

Toutefois, si le défendeur dispose de suffisamment de biens pouvant être saisis sur le territoire chinois, il ne lui sera pas interdit de quitter la Chine.

IV. Service électronique transfrontalier

Si un tribunal chinois doit signifier la procédure à la personne à signifier sans domicile en Chine, et que la signification électronique n'est pas interdite par la loi nationale du pays de la personne à signifier, le tribunal chinois peut signifier la procédure par signification électronique conformément à la loi, sauf interdiction contraire des traités internationaux conclus ou auxquels la Chine a adhéré.

Si le pays de la personne à signifier est un État contractant de la Convention sur la signification et la notification à l'étranger des actes judiciaires et extrajudiciaires en matière civile ou commerciale (la « Convention Notification de La Haye ») et s'oppose à la signification par courrier en vertu de la Convention Notification de La Haye, il doit être interprété comme n'autorisant pas la signification électronique, et le tribunal chinois ne peut signifier la procédure par signification électronique.

V. Application de la CVIM

Les contrats de vente internationale de marchandises conclus par des parties dont les établissements sont situés dans différents États contractants de la CVIM sont tacitement régis par la CVIM, sauf convention contraire expresse entre les parties.

VI. Investissement dormant des investisseurs étrangers dans les entreprises chinoises

Si un investisseur étranger réalise un investissement dormant dans une entreprise chinoise et demande maintenant de confirmer ou de modifier son statut d'actionnaire, le tribunal chinois traitera la demande de la manière suivante :

1. Si l'entreprise chinoise relève des domaines interdits par la liste négative des investissements étrangers, la demande sera refusée ;

2. Si l'entreprise chinoise ne relève pas des domaines interdits par la liste négative des investissements étrangers, le tribunal rend un jugement selon lequel l'actionnaire nominal doit transférer le capital en son nom à l'investisseur de fait ;

3. Si l'entreprise chinoise relève des domaines limités par la liste négative des investissements étrangers, le tribunal doit rendre un jugement selon lequel l'actionnaire nominal doit transférer le capital en son nom à l'investisseur de facto et aider l'entreprise à participation étrangère à par les procédures d'examen et d'approbation.

Il convient de noter que dans le passé, de nombreux investisseurs étrangers ont confié à des parties chinoises en tant qu'actionnaires nominaux la détention d'actions en leur nom afin d'éviter la réglementation chinoise sur les investissements étrangers. Aujourd'hui, après l'assouplissement de la réglementation chinoise sur les investissements étrangers, les investisseurs étrangers doivent détenir des actions en leur propre nom. Ces investisseurs étrangers doivent prendre note des règles ci-dessus.

VII. Reconnaissance et exécution des jugements étrangers

Les tribunaux chinois examineront d'abord si le pays où le jugement est rendu et la Chine ont conclu ou adhéré à des traités internationaux. Si oui, le traité international pertinent prévaudra ; si non, ou si oui mais en l'absence de dispositions pertinentes dans le traité international, les tribunaux chinois examineront l'existence de la réciprocité entre ledit pays et la Chine.

Plus précisément, les tribunaux chinois reconnaîtront l'existence de la réciprocité dans l'une des circonstances suivantes :

1. où les jugements civils et commerciaux rendus par les tribunaux chinois peuvent être reconnus et exécutés par les tribunaux de ce pays conformément à la loi de ce pays ;

2. lorsque la Chine est parvenue à un accord ou à un consensus sur la réciprocité avec le pays où se trouve le tribunal chargé de rendre le jugement ; ou

3. lorsque le pays où se trouve le tribunal a pris des engagements réciproques envers la Chine par la voie diplomatique ou que la Chine l'a fait envers ce pays, et qu'il n'y a aucune preuve suggérant que ce pays a refusé, pour des raisons de réciprocité, de reconnaître et faire appliquer les jugements/décisions rendus par les tribunaux chinois.

Contributeurs: Guodong Du杜国栋 , Meng Yu 余 萌

Enregistrer au format PDF

Vous pourriez aussi aimer