Observateur de la justice en Chine

??

AnglaisArabeChinois simplifié)NéerlandaisFrançaisAllemandHindiItalienJaponaisCoréenPortugaisRusseEspagnolSuédoisHébreuIndonésienVietnamienThaïlandaisTurcMalais

Ainsi parlaient les juges chinois sur la reconnaissance et l’exécution des jugements étrangers : points de vue des juges de la Cour suprême chinoise sur l’amendement de 2023 à la loi sur la procédure civile (4)

Ven, 05 avr 2024
Catégories: ACTUALITES
Contributeurs: Meng Yu 余 萌
Rédacteur en chef: Shuai Huang

Principaux plats à emporter:

  • Dans le domaine de la reconnaissance et de l'exécution des jugements étrangers (REFJ), la loi de procédure civile (CPL) de 2023 améliore les règles avec une attitude ouverte et inclusive, visant à améliorer le traitement des affaires REFJ avec transparence et normalisation et à promouvoir le transfrontalier. circulation des jugements.
  • Le CPL 2023, à l’art. 300, expose pour la première fois systématiquement les motifs de la révision des affaires REFJ.
  • L’article 301 du CPL 2023 adopte une approche hybride pour déterminer la compétence indirecte, combinant deux modèles proposés lors du processus d’élaboration.
  • L'article 303 du CPL 2023 introduit une procédure de réexamen comme recours juridique dans les affaires REFJ, soulignant l'engagement du législateur en faveur de la justice procédurale et garantissant l'équité dans le traitement de ces affaires.

Le 1er septembre 2023, le cinquième amendement à la loi de procédure civile de la RPC (le « CPL 2023 ») a été adopté par le plus haut organe législatif chinois, le Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale. Le CPL 2023 a apporté des modifications significatives aux procédures civiles internationales. Entre autres choses, des changements majeurs peuvent être constatés dans les règles relatives à la compétence civile internationale, à la reconnaissance et à l'exécution des jugements étrangers et à la signification et notification transfrontalières des procédures.

Nous avons fourni un guide de poche pour familiariser les lecteurs du CJO avec ces développements saillants de la CPL 2023.

Actualités en lien :

En décembre 2023, le juge Shen Hongyu et le juge Guo Zaiyu de la quatrième chambre civile de la Cour populaire suprême (CPS) de Chine ont publié un article « Commentaire et interprétation des dispositions révisées de la partie étrangère du droit de procédure civile » (《民事诉讼法》涉外编修改条款之述评与解读) dans « China Law Review » (中国法律评论) (n° 6) , 2023), partageant leurs points de vue sur les développements du CPL 2023.

L'objectif de cette série est de présenter les points de vue des juges de la CPS, les juges Shen et Guo, sur certains aspects clés, notamment les règles relatives à la compétence civile internationale, les règles relatives à la signification et à l'obtention de preuves transfrontalières, ainsi que les règles relatives à la reconnaissance et à l'obtention de preuves. l'exécution des jugements étrangers.

Actualités en lien :

Comme l'ont souligné les juges du CPS, le CPL 2023 adopte une attitude ouverte et inclusive, améliore les règles en matière de REFJ, rend le traitement de ces affaires par les tribunaux chinois plus transparent et standardisé, augmente les attentes des parties et favorise le commerce transfrontalier. circulation des jugements civils et commerciaux.

1. Motifs de refus (art. 300)

Le CPL, à l'art. 300, précise pour la première fois systématiquement les motifs de révision des cas REFJ.

Lors du processus de rédaction, il a été fait référence au contenu des traités bilatéraux d'assistance judiciaire conclus entre la Chine et d'autres pays sur le REFJ et à la « Convention de La Haye de 2019 sur la reconnaissance et l'exécution des jugements étrangers en matière civile ou commerciale » (la « Convention de La Haye de 2019 sur la reconnaissance et l'exécution des jugements étrangers en matière civile ou commerciale »). Convention sur les jugements »). Le CPL a également incorporé la plupart des conditions spécifiques permettant aux tribunaux chinois de réviser les jugements et décisions rendus par les tribunaux étrangers, énoncées à l'art. 46 du « Résumé de la conférence du Symposium sur les procès commerciaux et maritimes liés à l'étranger devant les tribunaux du pays » (全国法院涉外商事海事审判工作座谈会会议纪要).

Actualités en lien :

Les tribunaux chinois examineront si l'un des cinq motifs de refus suivants existe.

A) Examiner la compétence indirecte, c'est-à-dire déterminer la loi du pays à appliquer pour évaluer si le tribunal étranger qui rend le jugement est compétent.

B) Examiner si le tribunal étranger garantit les droits à une procédure régulière des parties et si le tribunal étranger prive les parties du droit d'être légalement convoqué, du droit d'être entendu et du droit à la représentation, ou relève de tout autre circonstance qui viole manifestement les procédures légales.

C) Examiner si le jugement a été obtenu par fraude.

D) Examiner si le tribunal chinois a déjà rendu un jugement sur le même litige ou a décidé de reconnaître et d'exécuter un jugement d'un tribunal d'un pays tiers, et si la reconnaissance et l'exécution du jugement du tribunal étranger seraient en contradiction avec le chose jugée effet des jugements ou des décisions des tribunaux chinois.

E) Examiner si la clause d'ordre public peut s'appliquer. Le tribunal évaluera si le jugement ou la décision effective du tribunal étranger viole les principes fondamentaux du droit chinois ou la souveraineté nationale, la sécurité et les intérêts publics.

2. Compétence indirecte (article 301)

Le CPL énonce pour la première fois explicitement les critères de détermination de la compétence indirecte à l'art. 301.

Au cours du processus de rédaction des amendements, deux propositions ont été formulées quant à la loi du pays qui devrait être appliquée pour évaluer la compétence indirecte.

La première option est proposée pour stipuler que le tribunal étranger sera réputé ne pas avoir compétence pour connaître de l'affaire si : (1) le tribunal étranger n'a pas compétence pour connaître de l'affaire conformément à sa loi ; (2) les dispositions de la présente loi sur la compétence exclusive sont violées ; (3) l’accord exclusif d’élection de for des parties est violé ; et (4) il existe une convention d'arbitrage valide entre les parties.

La seconde propose qu'au lieu d'avoir un article distinct sur la compétence indirecte, le sous-paragraphe 1 de l'article soit libellé comme suit : « Lorsque, en vertu des lois de la République populaire de Chine, un tribunal étranger peut être jugé incompétent pour connaître d'une affaire. ».

La première proposition consiste à utiliser comme critère la loi du pays où le jugement a été rendu. Pour éviter qu’il ne soit trop absolu, il a été ajusté de manière appropriée pour refléter une position judiciaire ouverte et inclusive.

La deuxième proposition, qui s'inspire des pratiques de l'Allemagne et d'autres pays d'Europe continentale ayant une tradition de droit civil, considère le droit du pays requis comme critère (modèle « image miroir »). De cette manière, les principes de compétence exclusive et d’exclusion de la compétence en matière de litige par le biais de l’arbitrage peuvent être incorporés dans le test de compétence indirecte, et les tribunaux étrangers peuvent être empêchés d’abuser de leur compétence au moyen de lois à portée longue.

Au cours du processus de rédaction, les critères d'appréciation de la compétence indirecte prévus à l'art. 301 du CPL modifié a finalement été formulé sur la base de la combinaison des deux propositions ci-dessus. Au lieu du modèle consistant à appliquer uniquement la loi du pays où le jugement a été rendu ou du modèle « image miroir », qui repose uniquement sur la loi du pays requis, une approche hybride combinant ces deux modèles est adoptée.

3. Recours légal (article 303)

Le CPL introduit, pour la première fois dans l'art. 303, recours juridiques dans les affaires REFJ.

La décision d'un tribunal chinois quant à la reconnaissance et à l'exécution de jugements étrangers a un impact significatif sur les droits et obligations substantiels des parties concernées. Cet amendement établit formellement une procédure de réexamen et un mécanisme de recours pour de tels cas, démontrant l'accent et la garantie du législateur sur la justice procédurale.

Actualités en lien :

 

 

Photo par Jean Beller on Unsplash

Contributeurs: Meng Yu 余 萌

Enregistrer au format PDF

Vous pourriez aussi aimer

La CPS interprète les traités et pratiques internationaux devant les tribunaux chinois

En décembre 2023, la Cour populaire suprême (CPS) de Chine a réaffirmé la suprématie des traités internationaux sur les lois nationales dans les affaires civiles et commerciales liées à l'étranger avec son « Interprétation sur plusieurs questions concernant l'application des traités internationaux et des pratiques internationales » (关于审理涉外民商事案件适用国际条约和国际惯例若干问题的解释).

Ainsi parlaient les juges chinois sur la reconnaissance et l’exécution des jugements étrangers : points de vue des juges de la Cour suprême chinoise sur l’amendement de 2023 à la loi sur la procédure civile (4)

La loi de procédure civile de 2023 introduit des réglementations systématiques pour améliorer la reconnaissance et l'exécution des jugements étrangers, en promouvant la transparence, la normalisation et la justice procédurale, tout en adoptant une approche hybride pour déterminer la compétence indirecte et en introduisant une procédure de réexamen comme recours juridique.

Ainsi parlaient les juges chinois sur l’obtention de preuves à l’étranger : points de vue des juges de la Cour suprême chinoise sur l’amendement de 2023 à la loi sur la procédure civile (3)

La loi de procédure civile de 2023 introduit un cadre systématique pour l'obtention de preuves à l'étranger, répondant aux défis de longue date des litiges civils et commerciaux, tout en adoptant également des méthodes innovantes telles que l'utilisation d'appareils de messagerie instantanée, améliorant ainsi l'efficacité et l'adaptabilité des procédures juridiques.