Observateur de la justice en Chine

??

AnglaisArabeChinois simplifié)NéerlandaisFrançaisAllemandHindiItalienJaponaisCoréenPortugaisRusseEspagnolSuédoisHébreuIndonésienVietnamienThaïlandaisTurcMalais

Quoi de neuf dans les règles chinoises en matière de compétence civile internationale ? (A) - Guide de poche du droit de procédure civile chinois de 2023 (2)

Dim, 26 nov 2023
Catégories: Perspectives
Contributeurs: Meng Yu 余 萌
Rédacteur en chef: Shuai Huang

Avatar

 

Le cinquième amendement (2023) à la loi de procédure civile de la RPC a ouvert un nouveau chapitre sur les règles de compétence civile internationale en Chine, couvrant quatre types de motifs de compétence, les procédures parallèles, la litispendance et le forum non conveniens. Cet article se concentre sur les quatre types de motifs de compétence, à savoir la compétence spéciale, la compétence par accord, la compétence par soumission et la compétence exclusive.

Principales sorties:

  • Dans le cinquième amendement (2023) de la loi de procédure civile de la RPC, sept nouveaux articles au total (articles 276 à 282) ont ouvert un nouveau chapitre sur les règles de compétence civile internationale en Chine, couvrant quatre types de motifs de compétence, les procédures parallèles, litispendance et forum non conveniens.
  • En vertu de la règle de compétence spéciale (article 276), les tribunaux chinois peuvent exercer leur compétence sur les litiges liés à l'étranger (autres que ceux impliquant des relations d'identité) portés contre des défendeurs domiciliés à l'étranger, à condition que l'un des cinq lieux énumérés ci-dessus soit situé sur le territoire de Chine. En outre, il introduit également pour la première fois le principe du « lien approprié » : les tribunaux chinois peuvent exercer leur compétence sur des litiges liés à l'étranger si les litiges ont d'autres liens appropriés avec la Chine.
  • En vertu de la règle de compétence conventionnelle (article 277), il n’est plus nécessaire que le tribunal choisi ait un « lien réel » avec le litige dans les cas où les tribunaux chinois sont les tribunaux choisis.
  • En vertu de la règle de compétence par soumission (article 278), lorsque les parties ne soulèvent aucune objection à la compétence et répondent pour se défendre ou déposer des demandes reconventionnelles, les tribunaux chinois seront réputés compétents.
  • La règle de compétence exclusive (article 279) introduit deux nouveaux types d'affaires comme base sur laquelle les tribunaux chinois établissent leur compétence exclusive.

Le 1er septembre 2023, le cinquième amendement à la loi de procédure civile de la RPC (le « CPL 2023 ») a été adopté par le plus haut organe législatif chinois, le Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale. Le CPL 2023 a apporté des modifications significatives aux procédures civiles internationales. Entre autres choses, des changements majeurs peuvent être constatés dans les règles relatives à la compétence civile internationale, à la reconnaissance et à l'exécution des jugements étrangers et à la signification et notification transfrontalières des procédures.

Le but de ce guide de poche est de familiariser les lecteurs du CJO avec ces développements saillants de la CPL 2023. Comme l'un des points les plus brillants du Cinquième Amendement, un ensemble de sept dispositions -Arts. 276-282 - a ouvert un nouveau chapitre sur les règles de compétence civile internationale en Chine, couvrant quatre types de motifs de compétence, les procédures parallèles, la litispendance et le forum non conveniens.

En tant que deuxième article du Pocket Guide, ce billet s'intéresse aux règles de compétence civile internationale, en particulier aux quatre types de chefs de compétence, à savoir la compétence spéciale, la compétence conventionnelle (compétence consensuelle), la compétence par subordination (prorogation de compétence), et compétence exclusive.

Actualités en lien :

I. Juridiction spéciale (Art. 276)

« Article 276. Lorsqu'une action relative à un litige civil lié à l'étranger, à l'exception de celui impliquant des relations d'identité, est intentée contre un défendeur qui n'a pas de domicile sur le territoire de la République populaire de Chine, le tribunal populaire du lieu de conclusion du contrat , le lieu d'exécution du contrat, le lieu de l'objet du litige, le lieu des biens saisissables, le lieu de l'acte de contrefaçon ou le domicile du bureau de représentation peuvent être compétents, si le lieu d'exécution du contrat, le lieu d'exécution du contrat, le lieu de l'objet du litige, le lieu des biens susceptibles d'être saisis, le lieu de l'acte de contrefaçon ou le domicile du bureau de représentation est situé sur le territoire de la République populaire de Chine.

Sauf dans les cas prévus au paragraphe précédent, les litiges civils liés à l'étranger qui ont par ailleurs un lien approprié avec la République populaire de Chine peuvent relever de la compétence des tribunaux populaires.

Cette disposition est connue sous le nom de règle de « compétence territoriale spéciale » (ou « compétence spéciale » en abrégé), par opposition à la règle de « compétence territoriale générale » du CPL, qui établit le domicile du défendeur comme base de compétence.

Conformément à l'art. 276, par. 1, les tribunaux chinois peuvent exercer leur compétence sur les litiges liés à l'étranger (à l'exception de ceux impliquant des relations d'identité) intentés contre des défendeurs domiciliés à l'étranger, à condition que l'un des cinq lieux énumérés ci-dessus soit situé sur le territoire de la Chine. Le prédécesseur de cet article est l'art. 272 du CPL 2021.

Le point le plus marquant de cet article (ou éventuellement de cet amendement) réside dans l’ajout du deuxième paragraphe. Ce paragraphe introduit pour la première fois le principe du lien approprié : les tribunaux chinois peuvent exercer leur compétence sur des litiges liés à l'étranger si les litiges ont d'autres liens appropriés avec la Chine, que les cinq lieux susmentionnés se trouvent ou non sur le territoire chinois. Ce qui constitue un « lien approprié » est laissé à la discrétion des juges chinois.

Une chose est sûre, cette nouvelle disposition vise à étendre la compétence des tribunaux chinois sur les affaires civiles et commerciales liées à l'étranger.

II. Compétence conventionnelle (art. 277)

Art. L’article 277 du CPL 2023, qui traite de la compétence conventionnelle, se lit comme suit :

« Article 277. Lorsque les parties à un litige civil lié à l'étranger conviennent par écrit de choisir un tribunal populaire comme compétent, ce tribunal populaire peut être compétent. »

La règle de compétence conventionnelle a été établie dès 1991, lors de la promulgation du CPL, à l'art. 244 de la partie IV « Dispositions spéciales sur les actions civiles liées à l'étranger », qui affirmait le droit des parties de choisir le tribunal compétent par accord, et imposait en même temps certaines limitations à l'autonomie des parties, y compris l'exigence que le tribunal choisi de la juridiction doit avoir un lien réel avec le litige. Dans le deuxième amendement du CPL en 2012, cet article a été fusionné avec les dispositions sur la compétence des litiges nationaux par accord et transféré dans la partie II « Procédure de jugement ». Après la fusion, le contenu est resté essentiellement inchangé (à l'exception de certaines formulations) et les limitations précédentes, y compris l'exigence de connexion réelle, s'appliquent toujours.

Par rapport à son prédécesseur, le changement le plus important dans cet article concerne les « limitations ». Il est clair qu'il n'y a pas d'autres restrictions que la condition d'un « accord écrit ». En d’autres termes, il n’est plus nécessaire que le tribunal choisi ait un « lien réel » avec le litige. 

Il convient toutefois de noter que le fait qu’« aucun lien réel n’est requis » s’applique uniquement aux cas où les parties ont choisi les tribunaux chinois (et non les tribunaux étrangers) comme tribunal compétent. Dans les cas où les parties ont choisi des tribunaux étrangers, l'exigence du « lien réel » s'applique toujours conformément à l'art. 529 de l’Interprétation CPL 2022.

Si le tribunal étranger choisi par les parties n'a aucun lien réel avec le litige, y aura-t-il des obstacles à la reconnaissance et à l'exécution du jugement du tribunal étranger en Chine ? Cette question nécessite une analyse des dispositions du CPL 2023 concernant la reconnaissance et l'exécution des jugements étrangers, principalement dans les art. 300 et 301. Pour une analyse détaillée, veuillez lire «Quoi de neuf dans les règles chinoises en matière de reconnaissance et d'exécution des jugements étrangers ? - Guide de poche du droit de procédure civile chinois de 2023 (1). » 

Related Post:

III. Compétence par soumission (Prorogation de compétence) (Art. 278)

Art. 278 du CPL 2023, qui traite de la compétence par soumission (prorogation de compétence), se lit comme suit :

"Article 278. Lorsque les parties ne soulèvent aucune exception d'incompétence et répondent, se défendent ou forment des demandes reconventionnelles, le tribunal populaire est réputé compétent."

La règle de compétence par soumission connaît un sort similaire à la règle de compétence par accord, qui faisaient toutes deux partie de la partie des actions civiles liées à l'étranger du CPL et s'appliquaient exclusivement aux litiges civils liés à l'étranger. Cependant, dans le deuxième amendement du CPL en 2012, la position de l'article a été déplacée de la partie IV à la partie II et rendue applicable aux litiges civils nationaux et étrangers.

Désormais, la règle de compétence par soumission est revenue à sa place d'origine, redevenant une disposition sur la compétence par soumission spécifiquement applicable aux litiges civils liés à l'étranger dans la partie IV. En termes de contenu, il n'y a pas de changements significatifs. En bref, il y a deux exigences : une inaction, c'est-à-dire ne pas soulever d'objection à la compétence, et une action, c'est-à-dire répondre, se défendre ou déposer des demandes reconventionnelles. Le principal changement dans cette révision est l'ajout de la « demande reconventionnelle », qui est désormais reconnue comme une action indiquant l'acceptation de la compétence du tribunal, en plus de « répondre pour se défendre ».

IV. Juridiction exclusive (art. 279)

Art. 279 du CPL 2023, qui traite de la compétence exclusive, se lit comme suit :

« Article 279. Le tribunal populaire est seul compétent pour connaître des affaires civiles suivantes :

(1) les actions initiées en raison de litiges concernant la création, la dissolution et la liquidation d'une personne morale ou de toute autre organisation établie sur le territoire de la République populaire de Chine, ainsi que la validité d'une résolution adoptée par ladite personne morale ou autre organisation;

(2) les actions initiées en raison de litiges relatifs à l'examen de la validité des droits de propriété intellectuelle accordés sur le territoire de la République populaire de Chine ; et

(3) actions engagées en raison de différends découlant de l'exécution de contrats de coentreprise à participation sino-étrangère, de contrats de coentreprise coopérative sino-étrangères et de contrats d'exploration et de développement coopératifs sino-étrangers de ressources naturelles sur le territoire de la République populaire de Chine. .»

Par rapport à son prédécesseur (article 273 du CPL 2021), cet article introduit deux autres types d'affaires (à savoir les deux premiers des trois types) comme base pour établir la compétence exclusive des tribunaux chinois.

La règle de compétence exclusive est cruciale, car elle est également nécessaire pour déterminer si un litige relève de la compétence exclusive des tribunaux chinois dans des situations impliquant des procédures parallèles, un forum non conveniens, la reconnaissance et l'exécution de jugements étrangers, et d'autres circonstances.

Actualités en lien :

 

Photo par Denys Nevozhai on Unsplash

 

Contributeurs: Meng Yu 余 萌

Enregistrer au format PDF

Vous pourriez aussi aimer

Décoder le tournant : un examen plus approfondi de la reconnaissance par la Chine de la faillite japonaise

Cet article de suivi se concentre sur l'examen détaillé par le tribunal chinois de l'affaire Shanghai International Corporation en 2023, soulignant l'importance de la réciprocité dans les procédures de faillite transfrontalières et soulignant l'approche évolutive de la Chine en matière de reconnaissance des jugements étrangers (voir In re Shanghai International Corporation (2021 ) Hu 03 Xie Wai Ren n°1).

La CPS interprète les traités et pratiques internationaux devant les tribunaux chinois

En décembre 2023, la Cour populaire suprême (CPS) de Chine a réaffirmé la suprématie des traités internationaux sur les lois nationales dans les affaires civiles et commerciales liées à l'étranger avec son « Interprétation sur plusieurs questions concernant l'application des traités internationaux et des pratiques internationales » (关于审理涉外民商事案件适用国际条约和国际惯例若干问题的解释).

Ainsi parlaient les juges chinois sur la reconnaissance et l’exécution des jugements étrangers : points de vue des juges de la Cour suprême chinoise sur l’amendement de 2023 à la loi sur la procédure civile (4)

La loi de procédure civile de 2023 introduit des réglementations systématiques pour améliorer la reconnaissance et l'exécution des jugements étrangers, en promouvant la transparence, la normalisation et la justice procédurale, tout en adoptant une approche hybride pour déterminer la compétence indirecte et en introduisant une procédure de réexamen comme recours juridique.

Ainsi parlaient les juges chinois sur l’obtention de preuves à l’étranger : points de vue des juges de la Cour suprême chinoise sur l’amendement de 2023 à la loi sur la procédure civile (3)

La loi de procédure civile de 2023 introduit un cadre systématique pour l'obtention de preuves à l'étranger, répondant aux défis de longue date des litiges civils et commerciaux, tout en adoptant également des méthodes innovantes telles que l'utilisation d'appareils de messagerie instantanée, améliorant ainsi l'efficacité et l'adaptabilité des procédures juridiques.

Ainsi parlaient les juges chinois sur la signification transfrontalière des procédures : points de vue des juges de la Cour suprême chinoise sur l'amendement de 2023 à la loi sur la procédure civile (2)

La loi de procédure civile de 2023 adopte une approche axée sur les problèmes, abordant les difficultés liées à la signification des procédures pour les affaires liées à l'étranger en élargissant les canaux et en raccourcissant la signification par période de publication à 60 jours pour les parties non domiciliées, reflétant une initiative plus large visant à améliorer l'efficacité. et adapter les procédures juridiques aux complexités des litiges internationaux.

Ainsi parlaient les juges chinois sur la compétence civile internationale : points de vue des juges de la Cour suprême chinoise sur l'amendement de 2023 à la loi sur la procédure civile (1)

Les réflexions des juges de la Cour suprême chinoise sur l'amendement de 2023 à la loi sur la procédure civile mettent en évidence des modifications significatives des règles de procédure civile internationale, notamment une compétence élargie des tribunaux chinois, des améliorations de la compétence consensuelle et une coordination des conflits juridictionnels internationaux.

Le tribunal chinois de Wenzhou reconnaît un jugement monétaire de Singapour

En 2022, un tribunal chinois local de Wenzhou, dans la province du Zhejiang, a décidé de reconnaître et d'exécuter un jugement pécuniaire rendu par les tribunaux de l'État de Singapour, comme le souligne l'une des affaires typiques liées à l'Initiative la Ceinture et la Route (BRI) récemment publiée par le gouvernement chinois. Cour populaire suprême (Shuang Lin Construction Pte. Ltd. c. Pan (2022) Zhe 03 Xie Wai Ren No.4).

Carrefour juridique : Un tribunal canadien refuse un jugement sommaire pour la reconnaissance d'un jugement chinois face à des procédures parallèles

En 2022, la Cour supérieure de justice de l'Ontario du Canada a refusé d'accorder un jugement sommaire pour exécuter un jugement pécuniaire chinois dans le contexte de deux procédures parallèles au Canada, indiquant que les deux procédures devraient se dérouler ensemble car il y avait un chevauchement factuel et juridique et qu'il était possible de juger. les questions concernaient les défenses de justice naturelle et de politique publique (Qingdao Top Steel Industrial Co. Ltd. c. Fasteners & Fittings Inc. 2022 ONSC 279).